Sommaire

Faire l’amour peut-être des plus agréable, mais peut aussi engendrer des douleurs chez les femmes, au moment de la pénétration. Il s’agit d'un problème appelé dyspareunie.

Qu’est-ce que c’est ? Quels sont les facteurs à l’origine de ce mal ? Comment s’en débarrasser ? On vous en dit plus.

Dyspareunie : de quoi s'agit-il ?

La dyspareunie est le terme médical utilisé pour désigner des douleurs pendant les rapports sexuels :

  • il s’agit d’une douleur génitale qui survient lors de la pénétration ;
  • la douleur peut durer après le rapport sexuel ;
  • on parle de "dyspareunie superficielle" quand la douleur se localise à l’entrée du vagin, et de "dyspareunie profonde" quand elle est située au fond du vagin.

Causes de la dyspareunie

Les causes de la dyspareunie sont de nature multiple, allant de problèmes physiologiques à des préoccupations psychologiques :

  • Quand la douleur se situe à l’entrée du vagin (dyspareunie superficielle) :
    • une lubrification insuffisante, pouvant être due à un manque de préliminaire ou à une baisse du niveau d’œstrogènes à la ménopause, après l’accouchement ou encore pendant l’allaitement ;
    • la prise de certains médicaments comme des antidépresseurs ou certaines pilules ;
    • une blessure, une irritation ;
    • une infection vuvlo-vaginale, une inflammation ;
    • un vaginisme (contractions involontaires du périnée) ;
    • une anomalie congénitale.
  • Quand la douleur est localisée plus profondément, il peut s'agir :
    • d'une endométriose ;
    • de la présence de kystes ovariens ;
    • d'une cystite ;
    • d'hémorroïdes ;
    • du syndrome de l’intestin irritable ;
    • d'un utérus retroversé (quand l’utérus est orienté vers l’arrière, alors qu’il est chez la majorité des femmes couché sur la vessie) ;
    • de cicatrices issues d’une chirurgie pelvienne.

Dyspareunie : quels traitements ?

Pour venir à bout de la dyspareunie, il faut traiter la cause. Citons pêle-mêle :

  • l’utilisation de lubrifiants ;
  • un traitement anti-infectieux en cas d’infection ;
  • un traitement hormonal si la cause est une carence en oestrogène ;
  • une thérapie comportementale.

Avec l’aide de son partenaire, il est possible de minimiser les douleurs lors des rapports sexuels :

  • en ayant une bonne communication au sein du couple ;
  • en changeant de positions ;
  • ou encore en consacrant un temps non négligeable pour les préliminaires.

Pour aller plus loin :