Sommaire

 

Le flux instinctif libre est un nouveau mouvement qui vient des États-Unis et qui consiste pour une femme, à retenir ses règles, puis à laisser couler le sang de manière régulière par un contrôle volontaire de ses muscles. Est-ce possible ? Y a-t-il un danger ou un intérêt à cette méthode ? Découvrons-la maintenant.

Qu'est-ce que le flux instinctif libre ?

Le flux instinctif libre ou free-flow instinct est une idéologie que l'on peut lire de plus en plus sur les réseaux sociaux. Certaines femmes essaient de retenir leur sang des règles en elles, puis le laissent s'écouler aux toilettes, désirant de cette manière être plus écologiques, plus saines, davantage à l'écoute de leur féminité et de leur propre corps..

Ainsi, afin de contrôler l'entrée du vagin, elles bloquent leur périnée de la même façon qu'elles se retiennent pour la miction.

Pour mieux comprendre le flux instinctif libre : qu'est-ce que le périnée ?

Le périnée, appelé encore plancher pelvien, est comme un « hamac » musculaire fait de plusieurs étages de muscles s'étirant et se distendant. « Plus qu'il ne se voit, il se ressent » (B.de Gasquet).

Pour connaître son périnée, B. de Gasquet, sage-femme, écrit : « placez-vous en tailleur, imaginez que vous vous retenez très fort d'uriner et d'aller à la selle. Vous ressentez alors une sensation de fermeture du vagin, de serrage de l'anus et une sensation de remontée. Quand vous relâchez, vous ressentez une ouverture et une redescente ».

Ce que pensent les médecins du flux instinctif libre : les dangers

En médecine holistique et naturelle, l'utérus d'une femme est aussi appelé le petit cœur, et l'écoulement des règles « purifie » l'organisme de la femme en drainant toutes les toxines et impuretés. Le moment des règles est donc très important et à respecter.

Des questions s'imposent à la méthode du flux instinctif libre :

  • Est-ce possible de retenir son flux, et même la nuit ou lors d'une activité physique ?
  • Une femme peut-elle contracter son périnée en le considérant comme un sphincter (comme celui de l'anus par exemple), sachant que justement il n'est pas un sphincter ?

Principaux dangers

Si le sang ne peut pas s'en aller par le vagin et la vulve, il est donc refoulé vers l'utérus, puis les trompes ; ce qui peut être à l'origine  d'une infection pelvienne, voire une d'une endométriose. Le sang menstruel doit s'écouler en permanence. Le vagin n'étant pas stérile, la stagnation du sang favorise la multiplication des germes.

Principales difficultés

Une femme qui contrôle l'entrée de son vagin ne peut pas avoir un flux sanguin trop important, sinon la pratique du flux instinctif libre reste délicate à réaliser.

C'est assez complexe de contracter son vagin pendant plusieurs heures d'affilée !

Flux instinctif libre : entrave ou nouvelle liberté ?

Selon la manière de penser de chacune :

  • le flux instinctif libre enlèverait la douleur. Hors celle-ci est provoquée par les contractions de l'utérus nécessaires à l'évacuation su sang ;
  • cette nouvelle méthode est compliquée concrètement, et exige plusieurs mois de transition et d'essais ;
  • contrôler ses règles : est-ce une libération ? une contrainte ? une régression ? une pression de plus ?