Sommaire

 

Les pilules contraceptives sont composées de dérivés synthétiques d'hormones œstrogène et/ou progestérone. Les pilules micro-dosées, appelées aussi pilules micro-progestatives ou micropilules, contiennent une très faible quantité d'un progestatif (dérivé de la progestérone) et aucun œstrogène. Elles possèdent un mode d'action et des indications qui les distinguent des pilules classiques œstro-progestatives. Voyons plus en détail les caractéristiques, les avantages et les inconvénients des pilules micro-dosées.

Pilule micro-dosée : principales caractéristiques

Les pilules micro-dosées se caractérisent par différents points :

Unique progestatif

Leur principe actif est un unique progestatif. Les différentes micropilules disponibles peuvent être composées de :

  • lévonorgestrel dosé à 0,03 mg/comprimé (Microval) ;
  • désogestrel dosé à  0,075 mg/comprimé (Cérazette, Antigone, Clareal, Lactinette, Desopop, Optimizette).

Mode de fonctionnement

Les progestatifs utilisés agissent de plusieurs façons :

  • ils modifient la glaire cervicale, ce qui empêche la progression des spermatozoïdes jusqu'à l'utérus ;
  • ils atrophient la muqueuse utérine, qui devient impropre à la nidation de l'ovule ;
  • ils peuvent dans certains cas bloquer l'ovulation, entraînant alors une absence de règles.

Mode de distribution

Les pilules micro-progestatives sont conditionnées en plaquettes de 28 comprimés contenant tous le même dosage de progestatif. Elles sont, comme toutes les pilules contraceptives, délivrées uniquement en pharmacie et sur ordonnance médicale.

Efficacité contraceptive

Quand elles sont utilisées correctement, leur efficacité contraceptive est identique à celle des pilules classiques : l'indice de Pearl (nombre de grossesses pour 100 utilisatrices pendant un an) de Cérazette est de 0,14 et celui de Microval est de 1,17.

Les échecs peuvent être dus à un oubli de prise ou à une interaction avec certains médicaments qui perturbent leur action (millepertuis, certains anticonvulsivants, antituberculeux, antifongiques ou antirétroviraux...).

Posologie

Pour assurer une sécurité anticonceptionnelle, la prise quotidienne de la pilule micro-progestative doit se faire en continu (sans arrêt entre deux plaquettes) et à heure fixe. Si le décalage de prise est de plus de trois heures pour les pilules contenant du lévonorgestrel (Microval®) ou de plus de 12 heures pour les pilules contenant du désogestrel, il est nécessaire de suivre les indications recommandées en cas d'oubli de pilule ou de penser à la contraception d'urgence. 

Avantages des pilules micro-dosées

Contrairement aux pilules œstro-progestatives, les pilules micro-progestatives n'entraînent aucune augmentation du risque d'accidents cardiovasculaires. Néanmoins, en cas d'antécédent de troubles cardiovasculaires, un suivi médical est préconisé dans certains cas (HTA élevée ou pathologie vasculaire).

Elles peuvent donc être indiquées en cas de contre-indication ou d'intolérance aux œstrogènes, en particulier :

  • à la suite d'un accouchement après un délai de 3 semaines ; 
  • pendant l'allaitement (les progestatifs utilisés passent très peu dans le lait maternel) ;
  • pour les femmes obèses ou fumeuses de plus de 35 ans ;
  • en cas de certaines pathologies chroniques (hypercholestérolémie, hypertension, diabète...).

Elles peuvent aussi soulager certains troubles menstruels comme les douleurs, les migraines, les tensions mammaires ou des saignements trop abondants. 

Pilule micro-dosée : risques et précautions d'emploi

Comme toutes les pilules contraceptives, les pilules micro-dosées ne conviennent pas à toutes les femmes. Elles doivent être prescrites après un bilan clinique et gynécologique et une surveillance médicale, avec examen des seins, de l'utérus et frottis vaginaux, devra être ensuite réalisée à intervalle régulier :

  • Elles sont contre-indiquées en cas d'antécédent d'accident thromboembolique veineux (phlébite, embolie pulmonaire), d'hépatite, d'insuffisance hépatique, de certains cancers du sein, de l'utérus ou de l'endomètre, de kystes ovariens, d'hémorragies génitales inexpliquées ou d'hypersensibilité à un des composants du contraceptif.
  • Leur principal inconvénient est de provoquer, chez certaines femmes, des saignements irréguliers et parfois une absence de règles (en particulier avec le désogestrel), ou des spottings (saignements peu abondants entre les règles). Ces effets sont généralement liés à une période d'adaptation normale de l'organisme lors des premiers mois de prise du contraceptif.
  • Les autres effets indésirables, occasionnels et le plus souvent bénins, peuvent être l’apparition d’acné, une modification d’humeur, des nausées, des céphalées, des vertiges ou encore une prise de poids.

En présence d'une contre-indication ou si les effets indésirables paraissent trop importants, il peut être nécessaire de s'orienter vers d'autres moyens de contraception.