Sommaire

 

La contraception naturelle est un moyen de réguler les naissances. Elle est essentiellement basée sur le calcul de la période d'ovulation.

En évitant les rapports sexuels à cette période, on réduit le risque de grossesse. Mais l'irrégularité des cycles menstruels féminins entraîne une grande marge d'erreur de ces méthodes.

Cycle menstruel irrégulier : la pratique est loin de la théorie

Les cycles menstruels chez la femme durent en théorie 28 jours, et s'enchaînent. On considère que le premier jour des règles est le premier jour du cycle.

Au 14e jour du cycle, l'ovulation a lieu. Si le couple a des rapports sexuels 3 jours avant, les spermatozoïdes ont pu survivre dans le corps de la femme, et la fécondation est encore possible. L'ovocyte, quant à lui, a une durée de vie de 48h environ.

Cycle menstruel : régulièrement irrégulier !

Malheureusement, ceci est la théorie. Mais le corps de la femme est loin de répondre à des règles scientifiques !

En pratique, donc, les cycles peuvent durer plus ou moins de 28 jours, en général de 24 à 36 jours. Pire encore : certaines femmes ont des cycles de 40 jours et plus. D'autres ovulent un mois sur deux, et d'autres encore ovulent deux fois dans le mois.

Enfin, une femme a des cycles qui ne sont pas toujours identiques les uns aux autres. Un voyage, une contrariété, un deuil, ou un autre choc psychologique, peuvent bouleverser momentanément le cycle menstruel.

Cycle menstruel irrégulier : difficile d'évaluer à coup sûr la date de l'ovulation

Difficile, dans ce cas, d'estimer sans se tromper la période à laquelle l'ovulation va avoir lieu. Même en utilisant des techniques comme la méthode des températures, ou la méthode Billings, la marge d'erreur est grande.

Par ailleurs, comme chaque cycle peut être différent du précédent, il convient d'appliquer ces méthodes au long cours, pour moins d'erreurs.

Aussi dans la rubrique :

Contraception naturelle

Sommaire