Soulager le syndrome prémenstruel

Sommaire

Soulager le syndrome prémenstruel

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Seins tendus, ventre gonflé, irritabilité… Le syndrome prémenstruel touche la majorité des femmes, à des degrés divers. Il peut durer 2 jours ou 10, être modéré ou franchement gênant.

Dans tous les cas, il est possible d’atténuer le syndrome prémenstruel, en particulier grâce des mesures hygiéno-diététiques et à des plantes bien choisies.

Zoom sur le syndrome prémenstruel ou SPM

Chaque mois, avant les règles, l’organisme féminin connaît une chute de la progestérone et des œstrogènes, à laquelle peuvent être liés des désagréments physiques et psychiques tels que :

  • seins tendus, ventre gonflé ;
  • rétention d’eau, œdèmes, prise de poids ;
  • irritabilité, mauvaise humeur, baisse de moral allant dans les cas extrêmes jusqu’à un « trouble dysphorique prémenstruel » ;
  • acné ;
  • maux de tête, migraines ;
  • troubles du sommeil, fatigue ;
  • troubles digestifs, appétit perturbé…

1. Adaptez votre alimentation

En influant sur votre équilibre hormonal, une alimentation adaptée peut vous aider à mieux passer les jours précédant vos règles :

  • Limitez les sucres rapides et compensez par des sucres lents, en particulier des céréales complètes et des légumineuses.
  • Veillez à vos apports en calcium : consommez des produits laitiers, toutes les variétés de choux, des brocolis, des noix, des amandes, du tofu, certaines épices (thym, cannelle)… Vous pouvez aussi boire de l’eau minérale Hépar ou Contrex.
  • Veillez à vos apports en magnésium : consommez en particulier des légumes à feuilles vert foncé, des légumes secs, du cacao et du chocolat noir, des amandes et des pignons, du pain complet ou aux céréales, certaines épices (cumin, sésame, coriandre, curry et poivre)… Vous pouvez aussi boire de l’eau minérale Hépar, Contrex ou Badoit.
  • Veillez à vos apports en oméga 3 en consommant des poissons gras (saumon, thon, sardines, maquereaux…) et de l'huile de colza ou de noix.
  • Limitez la caféine, l’alcool et les cigarettes.
Consulter la fiche pratique Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka
Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Pratiquez un exercice physique

La pratique d’un exercice physique, en particulier avant les règles, aide à réduire les symptômes liés au SPM et favorise la régulation de l’humeur.

Pour bénéficier de ces bienfaits, pratiquez les activités sportives de votre choix, ou au moins des activités douces (marche, vélo, natation), si possible 3 fois par semaine.

3. Luttez contre l’anxiété et le stress

En période prémenstruelle, vous pouvez agir sur votre humeur en vous accordant du temps pour vous adonner à des activités relaxantes :

  • Prenez des bains chauds avec des huiles essentielles apaisantes : lavande, ylang-ylang, néroli, camomille, marjolaine, bergamote…
  • Écoutez de la musique qui vous détend.
  • Faites des étirements, du yoga…

Il est également important de faire le plein de sommeil, afin de combattre la fatigue liée au syndrome prémenstruel.

4. Utilisez les bienfaits des plantes

Buvez des tisanes

  • Régulez votre équilibre hormonal en consommant 1 à 2 fois par jour des tisanes de gattilier ou de sauge.
  • Détendez-vous en prenant le soir une infusion de passiflore ou de valériane.
  • Limitez la rétention d’eau en buvant des tisanes de queues de cerises.

Prenez des gélules à base de plantes

  • Si vous le préférez, remplacez les tisanes par des gélules à base de gattilier, sauge, passiflore, valériane ou queue de cerise.
  • Respectez la posologie indiquée sur la boîte.

5. Consultez votre médecin

Si votre syndrome prémenstruel devient vraiment pénible à vivre, si les mesures hygiéno-diététiques, la relaxation et les plantes ne suffisent pas à l’atténuer, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Selon les symptômes et leur intensité, il pourra vous prescrire :

  • un diurétique léger ;
  • un antidépresseur ou un anxiolytique ;
  • la prise d’un contraceptif hormonal en continu.